Old Biscuit Mill

Publié le par Mathilde

L'activité de ces deux derniers samedi a été la même, et sera la même de nombreux autres samedi de ce semestre je pense ! Pour ne pas laisser le suspense plus longtemps sur ce qui vaut tant le coup à Cape Town, justifiant de se lever à 8h00 en week end, there it is :

(là se trouvera une photo quand j'aurais pu les charger sur mon ordinateur...)

Le Neighbourgoods market, au Old Biscuit Mill. Le Old Biscuit Mill est un ensemble d'anciens bâtiments industriels situés dans le quartier de Woodstock, qui ont été totalement rénovés pour accueillir des boutiques de bijoux, déco, épiceries fines et autres chocolateries. Le samedi matin se tient en plus le Neighbourgoods market, avec deux partie. D'abord des étals typiques de marchés, avec de la nourriture d'origine très variée. Au fond, des stands qui préparent bagels, burgers, flammekueche, rostis, crêpes, pizza, etc sous les yeux des clients, à la demande et avec des produits frais. L'idée étant que l'ensemble des exposants sont locaux (un concept que je ne comprends pas trop étant donné l'importance des produits importés), ont des produits sains et souvent bios, que ça recrée le lien entre consommateur et producteur, etc, etc. Bref, c'est surtout un prétexte pour manger BEAUCOUP, en se faisant un brunch là-bas, au hasard de la déambulation entre les stands. Il y en a tellement, et tous donnent tellement envie, qu'il faudra bien un rythme régulier durant l'ensemble du semestre pour pouvoir tout goûter. Pour l'instant, j'ai testé le sandwich spécial « breakfast » avec œuf, chorizo, salade ; la crêpe nutella-banane ; la flammekueche mixte originale/végétarienne ; et un « rooibos iced tea » absolument délicieux (et bienvenu au milieu de toute ces calories !).

Comme vous pouvez l'imaginez, nous ne sommes pas les seules à apprécier passer quelques heures de notre week-end là bas. C'est tout le temps bondé, il faut se battre (ou s'armer de patience) pour pouvoir s'asseoir à une des tables dressées au milieu des stands afin de prendre le temps de déguster nos assiettes. Mais c'est aussi ce qui crée l'ambiance du lieu, donc ce qu'on y recherche un peu. Mes colocs disent en plus apprécier le fait qu'il n'y a pas seulement des touristes, mais aussi des locaux. Rassurez-vous, on croise quand même une bonne trentaine de têtes connues (I mean, d'étudiants étrangers de l'UCT) à chaque fois qu'on y va. Et pour ce qui est des « locaux », ce n'est en fait que des blancs. Pas très étonnant si on se dit que c'est une activité très « bobo » que de se rendre dans ce type de lieux. Cela témoigne en tout cas du fait que le quartier de Woodstock, connu pour être assez populaire, est en train de se gentrifier. Cela m'a inspiré des réflexions sur la ségrégation sociale que je devine assez forte en Afrique du Sud au fur et à mesure de mes pérégrinations. J'essayerai de synthétiser tout ça dans quelques temps pour en faire un billet.

Enfin, le plus important, c'est quand même qu'au marché se trouve un stand de produits français, avec, tenez-vous bien, des baguettes. Je ne dirai pas qu'elles valent celles de « Rêves de pain » (pour les cachanais connaisseurs) mais elles sont très bonnes. J'ai donc pu constituer un petit stock samedi dernier, à mettre au congélateur pour en avoir le plus longtemps possible. Maintenant que je peux même manger du pain français, ce pays n'a que des avantages !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
(et je me suis fais la même réflexion qu'Aurélie ! ça y est t'en es, une vraie de vraie ! )
Répondre
M
Oui vous avez raison...mais c'est pas fortuit, la société sud-africaine est quand même un bon sujet de réflexion pour qui s'intéresse à la sociologie.
Je connais pas du tout ce marché. Du coup j'ai cherché sur internet et effectivement ça a l'air d'être le même principe. Oui, on ira l'an prochain quand la nostalgie du Cap me prendra!! :)
M
c'est fou, même sans photo ça donne faim :) :) :) quand tu rentrera on ira au marché des orphelins rouges ça te rappellera là bas ... presque quoi !
Répondre
A
On reconnait bien la sociologue dans ton article !! Mais vivement les photos !!!
Répondre