Gochas – Brukkaros – Ketmanshoop – Grunau (Road trip #10)

Publié le par Mathilde

Gochas – Brukkaros – Ketmanshoop – Grunau (Road trip #10)

Ce matin-là, j'avais décidé de me lever au moment où le jour se lève pour prendre des photos de notre environnement. Comme on s'était couché tôt la veille, et que le couchage n'était quand même pas optimal dans la tente prévue pour deux personnes, ce n'était pas trop dur de se lever. Mon appareil photo en main et alors que mes camarades continuaient leur nuit, je suis partie pour une petite heure de balade (le terme plus approprié étant sûrement « déambulations ») autour de notre campement, à arpenter les dunes rouges du Kalahari. Les nuages gris étant toujours aussi présent, ce n'était pas un jour pour admirer un lever de soleil, mais l'ambiance était agréable, les seuls bruits étant « ceux de la nature », dont de nombreux oiseaux. Je suis tombée sur des empreintes étranges sur les chemins, dont une faisant passer à des traces d'ours, mais ce n'était évidemment pas possible (les autres étant celles des chèvres entendues durant la soirée précédente). Le mystère n'a pas été identifié... Retour ensuite à la tente pour le petit-déjeuner (des biscuits restants, et de l'eau essentiellement), avant que le propriétaire ne vienne nous récupérer à 9h pour nous ramener à la réception où une douche chaude nous attendait. On a été accueilli comme de véritables héros par les personnes présentes, le propriétaire et les touristes qui avaient dormi dans les chambre d'hôtes : vu l'intensité de l'orage (ils n'en avaient jamais vu de tel dans la région à cette époque de l'année), il s'en voulait énormément de nous avoir « abandonné » là-bas et était rassuré de voir que nous avions « survécu ». Ça nous faisait assez rire puisque finalement, la nuit s'était bien passée et qu'on avait pas l'impression d'avoir vécu quelque chose de si exceptionnel.

Lever du jour sur le KalahariLever du jour sur le Kalahari
Lever du jour sur le KalahariLever du jour sur le KalahariLever du jour sur le Kalahari
Lever du jour sur le KalahariLever du jour sur le Kalahari

Lever du jour sur le Kalahari

Après ces activités matinales, retour sur la route de la veille vers Gochas pour le début d'une longue journée de voiture. A Gochas, on bifurque vers l'ouest, toujours sur une route de sable, pour rejoindre l'autoroute qui descend vers le sud en direction de Brukkaros, un volcan éteint que Jessica avait repéré et où elle avait très envie d'aller. Nous nous arrêtons d'abord à Tses, au bord de l'autoroute juste avant de prendre la route du volcan pour acheter de quoi compléter notre pique-nique. Mais dans ce village typiquement africain (si tant est que cela ait un sens – au moins nous devions être les seuls blancs à s'arrêter là depuis quelque temps, au vu de l'intérêt que notre visite a suscité), le seul « magasin » d'alimentation ne vendait aucun produit frais. Un paquet de chips en poche, nous avons rejoins le volcan, où nous nous sommes arrêtés pour manger nos quelques restes. Malheureusement notre pause a été vite écourtée, car les nuages se faisaient de plus en plus menaçants, et la pluie a commencé à tomber. Nous avons rapidement renoncé à la balade dans le cratère et repris la voiture, et cela c'est révélé être une bonne idée, tant des trombes d'eau sont tombées très rapidement, laissant penser que quelques minutes plus tard, nous n'aurions sûrement pas pu passer dans les chemins (car une fois mouillées, les routes de sables n'ont plus rien de routes) que nous prenions.

BrukkarosBrukkaros

Brukkaros

Ce n'était pas mois qui conduisait à ce moment là, et je me suis rapidement endormie. Je n'ai jamais dormi de façon aussi profonde durant tout le voyage, à tel point que le déluge ne faisait qu'empirer et que mes compagnons de route pensaient que cela finirait bien par me réveiller...mais non. Je n'ai donc pas vu Florine conduire sans voir à plus de 10 mètres et sans dépasser les quelques dizaines de kilomètres heures, avec des gerbes d'eau projetées autour de la voiture au fur et à mesure de l'avancée. Je me suis réveillée au moment où nous arrivions à Keetmanshoop, une des grandes villes de Namibie (cette fois, c'est vrai : il y a même des monuments officiels des ministères dans le centre) mais qui en samedi après midi de fin du monde, était absolument déserte. Pas de détour par le parc des Quiver Trees (l'arbre typique de la région), juste un arrêt à la station essence pour un plein et acheter des sandwichs.

Retour au volant, et malgré une pluie moins forte, j'ai été assez impressionnée par les conséquences sur le paysage. Depuis le début du voyage, on passait régulièrement sur des ponts avec des panneaux indiquant le nom de la rivière censée couler au dessous. Mais à chaque fois, ce n'était qu'un chemin de terre des plus secs, et on imaginait assez mal comment une rivière pouvait y couler. Ce jour-là pourtant, les rivières étaient là et bien là, plutôt des torrents s’écoulant à une vitesse impressionnante. Quand le pont sur lequel nous roulions était assez bas, on se disait qu'encore une fois, on faisait sûrement partie des dernières voitures à pouvoir le franchir sans encombres... On a alors repensé à ce que nous avait dit notre hôte à l'Orange River, que les pluies pouvaient souvent surprendre les voyageurs, et que si on voyait des flaques trop importantes, il était plus prudent de s'arrêter jusqu'à ce que ça passe au risque de voir la voiture emportée. Mais nous avons pu rejoindre sans problème Grunau, où nous étions censé dormir en camping... L'endroit où nous arrêtions accueillant aussi des chalets, nous avons donc était « surclassés », avec un joli studio : quatre lits très confortables, cuisine, salle de bain, télé... Le grand luxe ! Le soir, direction certainement le seul bar-restaurant ouvert du coin, pour un vrai repas dont nous avions très envie après plus d'un jour sans avoir vraiment mangé quelque chose de consistant (nos sandwichs prévus attendront!). Malheureusement nous avons encore fait l'expérience des mauvais waiters namibiens, avec une serveuse antipathique au possible, et un service horriblement long...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article