Expéditions automnales

Publié le par Mathilde

Comme je suis très en retard dans le récit de mes aventures sud-africaines, je vais faire un seul article pour raconter mes vadrouilles à proximité du Cap. Pour trois samedis je suis partie pour la journée, profiter de ce que la région peut nous offrir en magnifiques paysages. Un premier week end en avril, ça a été un petit road trip sur la côte vers l'est de Cape Town. En mai, j'ai passée une journée à Stellenbosch, et ce samedi ça a été virée « française » à Franschhoek.

Gordon's Bay – Betty's Bay

Nous avions loué une voiture pour aller faire une randonnée autour des Crystal Pools, dans un parc naturel qui ferme en avril. Mais nous n'avions pas pensé à demander le permis nécessaire pour entrer dans le parc, et nous avons pu nous y rendre. Nous avons donc changé nos plans et décidé de rouler vers l'est de Cape Town de l'autre côté de False Bay. Premier arrêt rapide à Gordon's Bay, puis on prend une route panoramique à flanc de montagne et qui surplombe l'océan. Je n'ai pas besoin d'en écrire plus pour que vous imaginiez la beauté de la conduite... Nous nous sommes arrêtées au hasard, lorsque la vue nous plaisait, et du bord de la route partait un petit chemin qui descendait jusqu'à la plage. Une plage de sable blanc et d'eau translucide, avec des immenses rochers et...des méduses. Après avoir photographié ce paysage magnifique sous toutes ses coutures, nous avons repris la route en direction de Betty's Bay, et d'une deuxième plage du même type. Plus longue pause pour profiter d'un pique-nique et de Savanna (LA boisson des étudiants étrangers au Cap par excellence) avant de reprendre la voiture jusqu'au Harold Porter Botanical Garden, à la sortie de la ville. De là part un chemin de randonnée dans les montagnes, qui remonte le long d'une rivière. En haut, on arrive à des chutes et une piscine naturelle où l'on peut se baigner. En théorie, car l'eau était tellement froide qu'il était difficile d'y tenir plus de quelques secondes. Mais c'est quoi qu'il en soit très reposant, et sur le chemin du retour, quand on aperçoit le bleu profond de l'océan à l'horizon alors qu'on se trouve dans les montagnes on se dit qu'on est décidément bien chanceux de trouver pareil endroit à 1h de route de la maison... Nous avons repris la route du littoral et nous sommes de nouveau arrêtées au bord d'une plage, comme une large crique, et certaines n'ont pas hésité à se jeter à l'eau. Enfin, dernière étape de notre journée, Gordon's Bay de nouveau. Détour par un restaurant de poisson pour acheter des fish and chips frais à emporter, que nous avons dégustés sur la plage, tout en admirant le coucher de soleil. Vous commencez peut être à mesurer ma fascination pour les couchers de soleil (si les levers de soleil n'étaient pas aussi tôt, j'aurais sûrement la même fascination) ; celui-là est directement entré dans mon top 3.

Betty's Bay - Botanical Garden - Sunset at Gordon's BayBetty's Bay - Botanical Garden - Sunset at Gordon's Bay
Betty's Bay - Botanical Garden - Sunset at Gordon's BayBetty's Bay - Botanical Garden - Sunset at Gordon's BayBetty's Bay - Botanical Garden - Sunset at Gordon's Bay
Betty's Bay - Botanical Garden - Sunset at Gordon's BayBetty's Bay - Botanical Garden - Sunset at Gordon's BayBetty's Bay - Botanical Garden - Sunset at Gordon's Bay
Betty's Bay - Botanical Garden - Sunset at Gordon's BayBetty's Bay - Botanical Garden - Sunset at Gordon's Bay

Betty's Bay - Botanical Garden - Sunset at Gordon's Bay

Stellenbosch

Deuxième expédition automnale à Stellenbosch, après un lever aux aurores pour prendre le train. Nous arrivons là bas à 9h du matin et nous sommes tout de suite surprises par le calme de cette ville. Je ne pensais pas dire un jour ça de Cape Town en venant de Paris, mais Stellenbosch nous est apparu tellement reposant comparé à la grosse ville qu'est Cape Town, avec des mini-bus qui hèlent les piétons le long de main road chaque dizaine de secondes. Un peu trop calme, même, Stellenbosch. Quand nous avons sonné à l'auberge de jeunesse du centre ville pour louer des vélos, la seule réponse que nous avons eue est « mais vous avez vu l'heure qu'il est ? Les gens dorment le samedi matin, on ne loue pas de vélos ! » par un homme bourru apparu à la porte cinq bonnes minutes après que nous ayons sonné. Bien, bien... Nous avons finalement trouvé des vélos et sommes parties pour le Slow Food Market, la version locale du Old Biscuit Mill Capetonian. La matinée est vite passée à déambuler au milieu des étals, pour le régal de nos yeux et de nos papilles... Les exposants sont plus enclins à faire goûter qu'au Biscuit Mill et nous avions déjà bien mangé avant d'opter pour un panini végétarien et des gaufres au caramel pour le repas (délicieux!). Après cela il était temps de dépenser nos calories et nous avons roulé jusqu'à Asara, pour un premier wine tasting. Le domaine est très beau, autour d'un lac, avec les montagnes en fond. Les arbres avaient leurs couleurs d'automnes et ça donnait une atmosphère très agréable (d'autant plus qu'on était encore en short et qu'il faisait plus de 20°...bienvenue dans l'automne sud-africain), très différente du moment où on y était allé en février/mars. Très bons vins aussi, avec notamment un Beaujolais nouveau tout nouveau. Deuxième arrêt à Spier, vignoble historique très connu mais du coup un peu trop commercial et cher à notre goût pour profiter d'un wine tasting. Cela-dit le parc est très beau, et nous nous sommes baladées à la découverte du manoir du domaine et de la plus ancienne cave sud-africaine. Enfin dernière étape, nous sommes arrivées « randomly » (expression que j'ai appris à beaucoup utiliser en anglais ici et qui est bien pratique... « au hasard » ?) dans un petit domaine très familial, Annandale. Il appartient à Hempies du Toit, ancien joueur de rugby des springbok. Nous nous sommes installées à l'intérieur de la maison pour un long wine tasting, y compris d'un vin dénommé Chalbert car il a été choisi par Albert et Charlene pour leur mariage et d'un sweet dessert wine dont nous avons été resservies plusieurs fois. Si nous n'avions pas nos vélos qui nous obligeaient à rentrer avant la nuit à Stellenbosch, nos hôtes (y compris le patron qui venait discuter avec nous) n'auraient pas hésité à nous en redonner encore et encore... Une de mes wineries favorite de Stellenbosch je crois, par cette ambiance « comme à la maison ». Le retour à Stellenbosch a été sportif, puisque nous étions à une dizaine de kilomètres du village et qu'une longue côte nous attendait… Arrivées là bas nous avons fait un tour à vélo des quelques rues principales, admirer les monuments historiques tous plus blancs les uns que les autres, notamment l'université. Puis nous avons rejoint des amies néerlandaises de Tika en échange là bas pour un bon repas au restaurant, avant de rentrer en taxi à Cape Town. Une escapade que nous avons adorée, jusqu'au lundi matin où nous avons appris que deux de nos vélos de location avaient été volés, pour une caution de 20 000 Rands... Quatre mois à Cape Town, ville la plus dangereuse au monde (oui, oui, c'est la réalité des statistiques, mais ne vous inquiétez pas on peut faire dire ce qu'on veut aux chiffres) sans que rien n'arrive. Un jour à Stellenbosch, ville la plus sûre d'Afrique du Sud (encore une fois, les statistiques) et vélos volés...

Stellenbosch station - Slow food market - Wine estates - Church street Stellenbosch station - Slow food market - Wine estates - Church street Stellenbosch station - Slow food market - Wine estates - Church street
Stellenbosch station - Slow food market - Wine estates - Church street Stellenbosch station - Slow food market - Wine estates - Church street Stellenbosch station - Slow food market - Wine estates - Church street
Stellenbosch station - Slow food market - Wine estates - Church street Stellenbosch station - Slow food market - Wine estates - Church street Stellenbosch station - Slow food market - Wine estates - Church street

Stellenbosch station - Slow food market - Wine estates - Church street

Franschhoek

Dernière virée dans la campagne du Cap à Franschhoek ce week-end. Signifiant littéralement « le coin des français » en Afrikkans, c'était une destination incontournable pour le groupe d'étudiants français de la région ! Encore une fois, lever aux aurores pour prendre le train pour Stellenbosch (finalement, je suis peut être faite pour les levers de soleil...) où nous devions retrouver les... sciences-potins ? sciences-poteux ? en échange là-bas, pour aller ensemble à Franschhoek. Je raconterai nos mésaventures ferroviaires probablement dans un billet sur les transports à Cape Town. Toujours est-il que vers 10h nous étions à Franschhoek, sous une pluie battante qui après un petit tour à pieds et un passage à l'office du tourisme nous a fait nous réfugier dans un café. Ensuite, direction Mount Rochelle, sur les hauteurs du village, pour un wine tasting. L'endroit était tellement agréable que nous avons du y passer deux bonnes heures. Il était ensuite temps de manger et comme les restaurants étaient globalement très chers (influence française?) nous sommes retournés au même endroit que le matin. J'ai goûté un Bobotie, une des spécialités du Cap que je n'avais encore jamais eu l'occasion de manger (un comble pour une journée « française »!) : plat de viande épicée dans une croûte d'omelette, accompagné de riz et de purée de butternut – parfait. Ensuite nous avons repris notre marche sous la pluie pour rejoindre le domaine de Grande Provence à environ deux kilomètres du village. Nous avons partagé une bouteille de Chardonnay et on nous a offert un verre de Cabernet Sauvignon, avec du pain aux céréales. Dans la salle de dégustation brûlait un feu de bois, ce qui était tout ce dont nous avions besoin pour nous réchauffer dans une ambiance chaleureuse. La journée est vite passée et il était temps de rejoindre Stellenbosch pour reprendre le train. Prendre le train puis le mini-bus (de la gare juqu'à Mowbray) et finir à pied jusqu'à la maison tout ça de nuit ; au moins trois « interdits » des étudiants étrangers que nous avons bravé ce jour-là. Je suis vivante, don't worry ! Pour notre décharge, on avait pas tellement d'autres solutions ; je me rends compte d'ailleurs qu'avec la nuit qui tombe de plus en plus tôt si on n'a pas le droit de se déplacer autre qu'avec un taxi, nos journées sont assez limitées. Pour un point historique sur Franschhoek, c'est l'endroit où les huguenots ont été placés quand ils sont arrivés en Afrique du Sud pour apprendre la culture du vin aux hollandais. Maintenant plus personne ne parle français là-bas, mais l'héritage est resté, et la plupart des domaines viticoles, comme de nombreux magasins et restaurants, ont un nom français. Le cadre est par ailleurs magnifique, encore plus que la région de Stellenbosch à mon avis. Franschhoek est vraiment le dernier village sur la route, encerclé de montagnes sur le sommet desquelles il y avait de la neige... Oui, le même jour où vous avez vu la neige en Andorre j'ai vu de la neige en Afrique ! S'il n'avait pas plu autant (et si j'avais eu des chaussures qui ne laissaient pas passer l'eau), la journée aurait vraiment été parfaite. D'autant plus qu'en rentrant, affalée sur les canapés j'ai assisté en direct à la victoire de Castres, avec une connexion internet qui – pour une fois – m'a permis de voir le match dans une qualité exceptionnelle. C'est sûrement plus la défaite de Toulon qui m'a autant fait plaisir, mais c'était une bonne façon de conclure cette journée française ! *moment de chauvinisme toulousain terminé*

Allez, après ce long article (je me rattrape de mes longues semaines de silence) je vous laisse et vais acheter des chaussures fermées et chaudes qui deviennent impératives !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article