Bethanie – Duwisib Castle – Sesriem (Road trip #4)

Publié le par Mathilde

Bethanie – Duwisib Castle – Sesriem (Road trip #4)

Suite de l'aventure, pour satisfaire les demandes de certaines lectrices de ce blog. Ce quatrième jour était le premier où nous allions improviser notre itinéraire sur le moment, et cela a bien fonctionné !

Départ de Bethanie, retour sur les pistes désertiques, ou plutôt, comme nous ne les avions pas vraiment quittées, poursuite sur les pistes désertiques. En effet, le goudron s'arrêtait juste à la sortie de Bethanie, laissant place au mélange sable/gravier désormais habituel. Arrivés à Helmeringhausen, nous retrouvons du goudron, mais l'espoir est de courte durée : il n'a été mis là sûrement que pour donner l'impression que c'est une ville importante (sur une distance de 200m maximum). Autrement, ce n'est qu'une rue, où l'on trouve une station essence (enfin, deux pompes avec un homme qui sort de sa maison pour vous servir quand vous sonnez), une supérette, et une guesthouse. De quoi faire le plein, être rassuré sur l'état de nos pneus après les premières épreuves, et acheter un pique-nique, avant de poursuivre vers le Duwisib Castle.

Unique rue d'Helmeringhausen, côté entrée et sortie de la..."localité" ?Unique rue d'Helmeringhausen, côté entrée et sortie de la..."localité" ?

Unique rue d'Helmeringhausen, côté entrée et sortie de la..."localité" ?

Quelque chose de vraiment très surprenant : un château imitation moyen-âge planté au beau milieu de nulle part. Je vous passerai les détails de l'histoire (le guide nous a dit qu'un livre entier avait été écrit dessus) mais pour l'essentiel, c'est un allemand qui au début du vingtième classe a décidé de s'installer en Namibie, a choisi l'endroit, a embauché un architecte allemand, a fait venir les matériaux nécessaires d'Allemagne, et les employés de plusieurs pays européens. Après il est mort pendant une guerre, donc il n'a pas pu vraiment en profiter, mais sa femme oui. Vous remarquerez la précision extrême de mes explications mais j'avoue que je me suis pas vraiment plongée dans l'histoire. Même si c'est au premier abord assez étrange, le château est joli et tout a été laissé en l'état (meubles d'époques...) donc c'était une visite intéressante. On a même trouvé un mur entier consacré à Napoléon dans une des salles !

Duwisib Castle
Duwisib CastleDuwisib Castle

Duwisib Castle

Nous avions réservé un emplacement au camping du château, mais comme il était à peine midi quand nous sommes arrivés là-bas et qu'il n'y avait définitivement rien à faire dans les parages pour le reste de la journée, nous avons décidé de poursuivre la route. Notre prochaine étape était en effet Sesriem, le parc national où se trouvent les dunes rouges, où nous n'avions pas encore d'endroit pour dormir. En fait, un seul camping se trouve à l'intérieur du parc, ce qui permet de faire l'ascension des dunes pour le lever du soleil. Autrement, les portes du parc n'ouvrent qu'après le lever du soleil. Le camping étant plein le jour où nous avions prévu d'y aller, nous n'avions pas fait d'autres réservations, et nous avons alors décidé de nous rendre à Sesriem et de tenter notre chance pour ce soir là.

Sur la route, les paysages ont commencé à changer, et à un moment on voyait clairement apparaître une ligne séparant deux types de paysages, avec le début des plaines de sable. Je pense que ce jour là nous avons traversé parmi les plus beaux paysages en roulant !

On the road...On the road...
On the road...On the road...On the road...

On the road...

Arrivés à Sesriem, nous avons demandé un emplacement, chose obtenue au bout de quelques minutes. Plus difficile était en revanche de planter la tente, tant le sol n'était pas fait pour cela. Après cette rude épreuve qui nous a finalement conduit à utiliser les arbres et la voiture comme piquet de tente, le détour par la piscine était plus que le bienvenu, surtout que l'eau était cette fois-ci très bonne (et même si la piscine dans le désert n'est pas très environmentaly friendly, I know).

Camping à Sesriem
Camping à SesriemCamping à Sesriem

Camping à Sesriem

Le soir a été l'occasion d'une expérience assez traumatisante pour les français que nous étions. Repas au restaurant du camping, Loïc et moi voulions commander un verre de vin. Seulement deux vins étaient disponible au verre, tout deux classés dans la partie « white wines » : un nommé Red (on aurait dû commencer à se méfier), l'autre Grand Cru. Nous demandons à la serveuse quelle est la différence entre les deux, sa réponse : « le second est plus clair » (cette fois-ci on aurait vraiment dû se poser des questions). On choisit alors le premier, et grande surprise quelques minutes plus tard quand elle nous apporte deux verres de vin rouge. Son incompréhension quand on lui a fait remarqué qu'on pensait avoir demandé du vin blanc était maximale. Mais le pire était à venir ! Au moment de le goûter, le vin était chaud...non, ce n'était pas du vin chaud, mais il était tellement tiède qu'il en était imbuvable. Certes, le vin rouge ne se mets pas au frigo...mais dans le désert, cette règle ne s'applique certainement pas ! On rappelle la serveuse pour lui dire, on essaye de demander un autre verre (de vin blanc cette fois) mais elle revient quelques minutes plus tard avec...un verre de glaçons, en nous expliquant très doctement que si on met les glaçons dans le vin, il refroidira. On a rapidement renoncé à lui expliquer que, non, on ne peut pas faire ça, et on a pris les glaçons. Malgré le sacrilège énorme que cela représentait pour nous, on les a ajoutés à notre vin, mais autant vous dire que boire ce mélange n'était pas très agréable et nos verres sont restés quasiment intacts... Ça nous apprendra à vouloir boire du vin dans le désert, alors qu'il n'y aurait pas eu ce problème avec la bière ! A part ça, nous avons ce soir-là goûté au steak d'oryx, qui était plutôt bon. Après avoir croisé les oryx au bord de la route, nous les avions dans notre assiette !

"Mettre des glaçons dans son vin"... (Copyright Jessica)

"Mettre des glaçons dans son vin"... (Copyright Jessica)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article