Bath, où l'occasion de manger avec une médaillée olympique

Publié le par Mathilde

La vie d'une sociologue est quand même fort sympathique, surtout quand elle est en stage à Cardiff, et encore plus quand elle doit aller sur le terrain. Mon projet de recherche actuel ayant trait au Pentathlon Moderne (comment ça vous ne savez pas ce que c'est?!) et le centre d'entraînement national de Grande Bretagne se trouvant à Bath, à une heure de train de Cardiff, je m'y suis rendue pour deux jours de recueil de données de terrain. Un déplacement pour travailler, oui, oui, pas de mauvaise langue, mais qui m'a permis aussi de faire un peu de tourisme (faut pas exagérer, non plus).

Bath, où l'occasion de manger avec une médaillée olympique

Bon et comme je ne veux pas perdre mes lecteurs dès les premières lignes, je vous explique ce qu'est le pentathlon : dans une journée, il s'agit d'enchaîner une épreuve d'escrime (en une touche, à l'épée) suivie d'une épreuve de natation (200m nage libre), puis de l'équitation (saut d'obstacle avec un cheval tiré au sort, le cavalier a 20 minutes pour s'entraîner avec lui avant le passage), et enfin du combiné (course à pied et tir au pistolet). Pourquoi tous ces sports si différents ? Parce que quand Pierre de Coubertin a inventé le pentathlon pour les JO de 1912 à Stockholm, il y avait une référence militaire : un bon soldat doit se débrouiller dans ces cinq disciplines.

Donc, réveil matinal en ce jeudi, après une courte nuit pour cause de lendemain d'anniversaire, et direction l'Angleterre. Comme j'avais du temps entre l'arrivée à la gare et l'heure de rendez-vous fixée par le coach de l'équipe féminine à leur centre d'entraînement, j'ai décidé d'aller à l'université à pieds : un peu moins de 3km depuis le centre ville. Mais ce que je ne savais pas, c'est que l'université se trouve tout en haut d'une colline entourant la ville. La route qui y mène affiche des pentes à 16% ! J'ai rapidement regretté de ne pas avoir pris le bus comme on me l'avait conseillé... Après une petite heure de marche avec mon sac chargé et toute transpirante, je suis arrivée suffisamment en avance au Sport Training Village pour reprendre haleine. Me présenter fatiguée aurait été un comble alors que je devais assister à un entraînement de l'équipe nationale !

Bath ; sur le chemin pour l'universitéBath ; sur le chemin pour l'universitéBath ; sur le chemin pour l'université
Bath ; sur le chemin pour l'universitéBath ; sur le chemin pour l'université

Bath ; sur le chemin pour l'université

Pour arriver jusqu'au hall d'entraînement du pentathlon, il me faut traverser tout le complexe sportif, ce qui me permet d'admirer la qualité de leurs équipements. Cours de tennis, salles pour la GRS, piscine olympique, salle de musculation, piste d'athlétisme indoor, et j'en passe. Après un dédale de couloirs, je débouche sur une salle d'escrime, où des cibles pour le tir au pistolet ont été ajoutées au mur. Le "Perfomance Director" du pentathlon britannique m'accueille et répond à mes interrogations pendant une bonne heure. Puis je vais me présenter aux athètes, les observe à l'entraînement, pas très sérieuses à quelques jours du départ pour les Championnats du monde. C'est pas plus mal, ça me permet de faire un court entretien avec deux d'entre elles (Mhairi Spence, puis Kate French qui a plus de mal à parler). 

Sport Training Village et Pentathlon HallSport Training Village et Pentathlon Hall

Sport Training Village et Pentathlon Hall

Retour vers le centre ville, je récupère mon lit à l'auberge de jeunesse, m'y pose un peu, et en fin d'après midi, prend la direction des thermes romains, l'attraction principale de Bath. Je connaissais déjà Bath, mais je n'avais pas eu l'occasion de les visiter la première fois. Contente de l'avoir fait cette fois, car ça vaut vraiment le coup ! En dehors du bassin principal, à ciel ouvert avec vue sur l'abbaye dont vous avez sûrement déjà vu des photos, il reste un ensemble de vestiges importants, qui s'étalent en sousterrain. S'ils sont moins beau que le bassin principal, un très bon travail de conservation a été fait pour qu'on visualise à quoi les thermes ressemblaient à l'époque où ils étaient utilisés comme tels. Petite note historique : les thermes de Bath étaient uniques dans l'Empire romain parce qu'ils étaient un lieu sacré, associé au culte de la déesse Minerve. Se rendre aux bains n'était dans ce cas pas seulement une expérience sociale, mais prenait part à un rituel religieux (le temple se trouvait juste à côté des thermes). Une fois ressortie des bains, et comme la pluie avait cessé (elle avait commencé à tomber juste quand j'étais entrée !) je me suis baladée dans la ville, très agréable à cette heure-ci. D'une part, la foule qui se presse en journée disparaît très rapidement en fin d'après-midi. D'autre part, la lumière du soir sur les pierres blanches de tous les monuments ne fait qu'embellir une ville qui a déjà beaucoup de charme !

Roman BathsRoman Baths

Roman Baths

Pour finir cette première journée de travail de terrain, une soirée tranquille à l'auberge de jeunesse partagée avec plein de résidents qui ne se connaissaient pas, mais rassemblés autour d'un film dans le grand salon cosy : About time ("Il était temps" en français), une jolie comédie.

Le lendemain, lever tôt, il me fallait trouver un endroit où déjeuner avant de retourner à l'université. Je voulais aller au Café Retro, dont j'avais un très bon souvenir après le repas que nous avions pris là-bas il y a trois ans lors de notre voyage BL, et qui se trouvait entre l'auberge et l'arrêt de bus (oui, j'avais décidé de prendre le bus pour grimper jusqu'à l'université maintenant). Malheureusement, Bath est quand même une petite ville calme, et à 8h45, c'était fermé. Tout comme tous les autres lieux pour prendre un petit déjeuner... Je me suis rabattue sur une pâtisserie qui promettait des "French and Fresh pastries" pour acheter un pain au chocolat (je ne m'aventurerai même pas à demander une chocolatine ici...) et un chocolat chaud à emporter. La publicité n'était pas mensongère, c'était un très bon petit déjeuner !

Bath, où l'occasion de manger avec une médaillée olympiqueBath, où l'occasion de manger avec une médaillée olympique

Retour à la fac, je traverse le Sport Training Village jusqu'au Pentathlon Hall, où la séance des athlètes avec les médias (photos officielles et interviews) arrive sur sa fin. Je suis le coach, Istvan, jusqu'au lieu aménagé spécialement pour eux et leurs entraînements de combiné, ce qui me permet d'échanger avec lui sur son rôle, sa perception de l'entraînement, le pentathlon en général, les athlètes... Les stands de tir se trouvent juste devant une piste de...skeleton ! Oui, oui, une piste de skeleton en plein air sur un campus universitaire, tout est normal.

Les filles concentrées sur leurs tirs

Les filles concentrées sur leurs tirs

J'assiste à l'entraînement, puis nous retournons vers les bureaux. Samantha Murray, une des athlètes du groupe à qui je n'avais pas encore eu l'occasion de me présenter, arrive peu après. Elle est très enthousiaste quand elle apprend que je suis française (elle a fait des études de français et parle quasiment sans accent) et me bombarde de questions :

"-Tu viens d'où?

-Toulouse.

-Alors tu peux aller faire du ski souvent ?

-Euh, oui, parfois...

-Et tu as rencontré beaucoup d'anglais ?"

(tout ça en quinze secondes chrono)

Je lui demande donc si elle serait d'accord pour faire un entretien, et nous convenons de nous retrouver au self après sa séance de natation. Voilà comment j'ai mangé avec une médaillée olympique (argent aux JO de Londres) qui me parle de la Vie d'Adèle et me demande de la conseiller sur son dilemme pour le soir : aller au cinéma et au restau avec ses copines, où se reposer ? Dur, dur, la vie d'un sportif de haut-niveau... En tout cas, une très belle rencontre, une grande pentathlète mais surtout une personne remarquable. A la fois sympathique et enjouée, mais aussi très déterminée et sûre d'elle tout en restant modeste, avec toujours la tête sur les épaules. Je ne regrette pas d'avoir choisi ce sport étrange comme sujet de recherche : toutes les personnes que j'ai pu croiser pour l'instant, tant en France qu'en Grande Bretagne partageaient cette sympathie. Il y a assurément une "culture" du pentathlon qui ne doit pas être sans lien avec le fait que c'est un sport mineur mais très exigeant. Quelques heures avant que j'écrive ces lignes, Samantha Murray est devenue championne du monde, arrivant ainsi à franchir progressivement les étapes pour atteindre l'objectif qu'elle s'était fixé. Et les trois filles de l'équipe ont obtenu la médaille d'argent au classement par équipe.

Samantha Murray à l'honneur dans les couloirs du Sport Training Village

Samantha Murray à l'honneur dans les couloirs du Sport Training Village

Forte de mon carnet dont j'ai noirci de nombreuses pages de notes d'observation et d'entretien qui n'attendent que d'être analysées, après avoir chaleureusement remercié tout le monde et souhaité bonne chance pour les championnats, j'ai quitté l'université. Il me restait un peu de temps avant d'attraper un train pour le retour, ce qui m'a permis de visiter l'abbaye (qui a plutôt des airs de cathédrale), très belle avec ses pierres blanches et ses vitraux aux couleurs chaudes.

Bath AbbeyBath AbbeyBath Abbey

Bath Abbey

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article