Pembrokeshire

Publié le par Mathilde

La moitié de mon séjour se profile, et j'ai déjà du retard dans le récit de mes voyages. Il faut dire que, entre la multitude d'articles à lire, la plongée dans la biographie des pentathlètes britanniques, la préparation des week-ends et les week-ends en vadrouille, mais aussi les championnats d'Europe d'athlétisme, vite remplacés par ceux de natation, je n'ai pas beaucoup de temps libre.

Bref, j'ai passé les deux derniers week-ends loin de Cardiff, dans deux des trois parcs nationaux du pays en compagnie de Français aussi expatriés. Il y a dix jours donc, je suis partie dans le Pembrokeshire, la région de la côte ouest. Nous avions réservé un camping à Porthclais. Sur la route, après un peu plus de deux heures de conduite sur "l'autoroute" galloise, nous découvrons tout d'un coup le paysage maritime, au sommet d'une côte. Cela signe alors le début d'une route sinueuse, montant et redescendant sans cesse, avec des virages dont on ne voit pas sur quoi ils débouchent et des panorama sur l'océan d'un côté, la campagne galloise de l'autre, à perte de vue. Notre camping (en fait un champ faisant partie d'une ancienne ferme) se trouve littéralement au dessus de l'eau, et nous décidons de planter la tente tout au bout, pour se retrouver à une dizaine de mètres de la falaise. Voilà, on arrive au bout du Pays de Galles et sur qui tombe-t-on ? Des Français, évidemment (nos plus proches voisins de tente) !

PembrokeshirePembrokeshire
Tomber tout d'un coup sur cette vue à couper le souffleTomber tout d'un coup sur cette vue à couper le souffle

Tomber tout d'un coup sur cette vue à couper le souffle

Après avoir vérifié que les tentes Quechua méritaient bien leur nom de tentes "deux secondes" (au moins pour la mettre en place, car planter les sardines a été une autre histoire), nous avons pris le Coast Path. Ce chemin côtier longe le littoral de tout le Pays de Galles, sans interruption ! Et il se trouvait en contrebas du camping (entre la tente et la falaise donc), de quoi permettre de se dégourdir les jambes après la route, dans un cadre magnifique avec la lumière de fin de journée. Une petite balade, puis retour au camping pour un apéro-pique nique avant de retourner sur le Coast Path. Entre temps, la nuit était tombée, très noire mais très éclairée : c'était la veille de la pleine lune, qui était en plus une "super lune". Nous n'avions presque pas besoin des lampes torches pour se repérer. Comme dans notre quatuor se trouvait une passionnée d'astronomie et un amateur de photo avec son trépied, nous avons passé un bon moment en dehors à repérer les constellations et à prendre la plus belle photo possible de la lune.

Le camping et les vues depuis le Coast PathLe camping et les vues depuis le Coast Path
Le camping et les vues depuis le Coast Path

Le camping et les vues depuis le Coast Path

Le samedi matin, départ pour Saint David's, la ville touristique du coin, qui attire avant tout parce que Saint David est le saint patron des gallois. Je devrais en fait parler de village, car cela se résume à une avenue principale et une place. Mais l'attraction principale de la ville se trouve en contrebas : la cathédrale, entourée d'un cimetière typiquement britannique (seulement des stèles) et accompagnée du palais épiscopal (Bishop Palace). Une très belle cathédrale, avec des salles et des recoins aux décors très différents (dont un plafond en bois coloré que je vous laisse admirer) et un immense orgue que nous avons eu la chance d'entendre fonctionner.

Saint David's CathedralSaint David's Cathedral
Saint David's CathedralSaint David's Cathedral

Saint David's Cathedral

Il était ensuite temps de rejoindre Saint Justinian et son embarcadère, pour prendre un bateau qui allait nous conduire sur Ramsey Island, petite île faisant face au "continent". L'île est non-habitée, et abrite une réserve ornithologique. Les visiteurs peuvent seulement y débarquer pour la journée (en fait, de midi à 16h), ce qui permet d'en faire le tour à pieds. Les paysages du sud sont les plus beaux, avec encore des falaises partout, une vue sur les falaises du du littoral du Pays de Galles, et une eau presque turquoise sous le soleil. L'île a deux (petits) sommets, à l'ascension très facile, mais qui permettent de voir encore plus loin à l'horizon. A part marcher et prendre des photos, notre activité principale consiste à chercher les phoques qui se cachent dans les criques en contrebas de l'île. Le nord de l'île est moins spectaculaire que le sud, il s'agit essentiellement d'un paysage de lande avec les inévitables moutons. Comme en plus on voyait les nuages noirs s'approcher progressivement, jusqu'à ce que la pluie nous tombe dessus, on est allés pus vite. On s'est juste arrêté en hauteur d'une plage de galets où se trouvait une famille de phoques : la mère qui se confondait avec les rochets sur lesquels elle dormait, et les petits, certains dans l'eau, d'autres avachis sur la plage.

Embarcadère de Saint Justinian, Ramsey Island au fond

Embarcadère de Saint Justinian, Ramsey Island au fond

Ramsey IslandRamsey Island
Ramsey IslandRamsey IslandRamsey Island
Ramsey IslandRamsey Island

Ramsey Island

Après avoir repris le bateau dans l'autre sens (la traversée a été beaucoup plus agitée que le matin!), et voyant le déluge qui s’abattait sur nous, ou plutôt sur le toit de la voiture, on s'est demandé ce qu'on pourrait bien faire pour occuper la fin de la journée. La lecture du guide nous confirme qu'il n'y a rien faire dans la région qui ne soit pas à l'extérieur, donc nous rentrons au camping. Entre temps, la pluie s'est calmée, donc nous décidons de reprendre le Coast Path pour longer le littoral vers l'est, pour ensuite rejoindre Saint David's. S'il ne pleut plus, le froid est bien là, donc c'est emmitouflé dans nos sweats et autres écharpes que nous commençons à marcher. Au bout de l'effort, la récompense : le pub local. Petite plongée dans la culture galloise, avec les groupes d'amis et les familles qui se mélangent, qui pour boire un (ou plusieurs) verres, qui pour manger. Pour nous, ce sera d'abord une bière, avant de goûter à un très bon fish and chips, tout en dissertant sur les galloises qui sortent par n'importe quel temps et température en mini-jupes et robes moulantes et avec des talons de 10cm. Le retour est moins agréable, puisque la pluie a repris de plus belle, et avec elle le vent, et nous arrivons tout dégoulinants au camping.

Il fait froid?

Il fait froid?

Mais cela ne fait que commencer ! La fameuse tempête Bertha, qui était prévue au Pays de Galles pour le dimanche, a donc bien décidé d'arriver le samedi. La nuit passée sous la tente a été un réel calvaire, entre le bruit de la pluie, le vent qui faisait s'effondrer le toit sur nous, jusqu'à qu'il emporte les sardines, laissant tout le champ à la tente pour se soulever...En fait, après m'être enfin endormie vers 3h du matin, je me suis réveillée en sursaut à 4h, de peur qu'il ne soit arrivé quelque chose entre temps. Car c'est bien ça le plus surprenant, que nous soyons restés absolument au sec !

Après cette très courte nuit, et alors qu'un ciel dégagé accompagné de soleil est revenu, nous levons le camp, direction Saint David's pour un arrêt petit-déjeuner fort apprécié (scones à la crème, miam !), avant de continuer la route vers le nord du Pembrokeshire. Comme depuis le début du week-end, nous empruntons des routes typiquement galloises, c'est-à-dire des chemins où il n'est pas possible que deux voitures se croisent, mais qui en plus sont bordées de très hautes haies et n'ont pas de visibilité (entre les virages et les côtes et descentes, voire tout ensemble). D'abord Strumble Head, avec son phare et son poste d'observations qui permet aux amateurs de se poster pour scruter les oiseaux et mammifères marins à l'abri du vent, puis Fishguard, ville sur les hauteurs d'une falaise que l'on traverse avant de redescendre pour rejoindre le port. Et enfin, Newport, et, quelques kilomètres plus loin, au milieu des champs de moutons le Pentre Ifan, un menhir comparable à Stonehenge, mais qui attire beaucoup moins de touristes !

Pembrokeshire
Strumble HeadStrumble Head

Strumble Head

Port de Fishguard

Port de Fishguard

Menhir de Pentre IfanMenhir de Pentre Ifan

Menhir de Pentre Ifan

Il est encore tôt dans la journée, mais notre état de fatigue généralisé, ainsi que l'assurance d'avoir bien profité des paysages du Pembrokeshire (les falaises qui font la jonction entre la campagne et l'océan) nous convainc de retourner à Cardiff. Nous avons assurément fait le plein d'air marin et finalement, la tempête ne nous aura pas empêché de nous balader comme nous le pensions au départ. Simplement empêché de dormir, et je m'effondre de sommeil à peine les premiers kilomètres passés : au moins, le voyage du retour m'a paru très rapide !

Je vous raconterai bientôt la suite des aventures des Frenchies à la découverte des Parcs nationaux. Mais là, je suis bien de retour à Cardiff, et a priori c'était mon dernier week-end complet loin de la ville. Il y a tellement de choses à voir à proximité aussi !

L'actualité ici, c'est le sommet de l'OTAN qui va avoir lieu le 4 et 5 septembre. Bon, outre le fait que Barack Obama est attendu en guest-star (vous vous souvenez qu'il est venu au Cap quand j'y étais ? A croire qu'il me suit...), ça cause une galère incroyable cette réunion des chefs d'Etats ! La semaine dernière, on apprend que les bus vont tous être déviés au centre-ville à partir du 17 août jusqu'au 13 septembre. La raison ? On va l'apprendre rapidement, puisque depuis lundi, la ville a des allures de Berlin au temps de la Guerre Froide. Des barrières de plusieurs mètres de haut sont installées tout autour du centre, au milieu des avenues principales. La fermeture du centre aux bus crée des embouteillages monstres. Cet après-midi, j'ai eu la mauvaise idée de rentrer de l'université à l'heure de pointe, il m'a fallu 45min pour faire le trajet qui met habituellement 10min, avant que le chauffeur nous conseille de descendre car on irait plus vite à pieds pour finir... Et dire que le sommet n'est que dans deux semaines...on va s'amuser.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article